Être hypersensible c’est être en contact permanent avec ses émotions. C’est vivre ses émotions de manière intense, et c’est encore jongler avec elles en permanence. L’hypersensibilité revient à être envahi par des émotions multiples qui impactent votre façon d’être, vos pensées et vos comportements.
Chez les hypersensibles, les ressentis et les émotions sont amplifiés. Par la même occasion les réactions aussi.
Les émotions permettent de percevoir et ressentir le monde qui nous entoure. Ressentir toutes choses en nous et autour de nous. Chez l’hypersensible les émotions se bousculent, tous les sens sont en alerte.

Les personnes sensibles sont ainsi faites. Elles font tout avec le cœur et même si elles ont des cicatrices, elles ne changeront jamais. Elles continueront à faire tout avec le cœur parce que ce n’est pas un choix. C’est une façon d’être, une façon de vivre.

Un hypersensible naît hypersensible

L’hypersensibilité est un trait de caractère et se construit pendant la vie intra-utérine (formation du cerveau et des zones neuronales), se développe dès la naissance, et se manifeste de différentes façons selon la personne au cours de sa vie.

L’hypersensibilité : une tempête d’émotions

L’hypersensibilité dévoilée par les neurosciences

L’étude menée à bien par les chercheurs de l’Université de Stony Brook a révélé que les personnes hypersensibles disposent d’un cerveau émotionnel très mobilisé et orienté vers l’empathie.

En d’autres termes, les processus cérébraux des personnes hypersensibles se traduisent par une surexcitation dans les zones neuronales relatives aux émotions et à l’interaction.

Les hypersensibles sont capables de ressentir les sentiments des personnes qu’elles ont en face d’elles (neurones miroirs).

Les autres ne faisant pas preuve de la même empathie, l’hypersensible perçoit donc un déséquilibre entre sa propre sensibilité et celle des autres. « Il se considère comme étant différent et en décalage ». S’il n’est ni aidé ni compris, il peut s’isoler et s’enfermer.

Les neurones miroirs sont liés à l’empathie et à notre capacité à capter, traiter, et interpréter les émotions des autres.

L’insula est une zone logée au cœur du système limbique. Cette zone intervient dans le contrôle de certaines émotions (la peur, la colère, la joie, la tristesse) ainsi que la conscience de soi. Cette zone est plus active chez les personnes hypersensibles.

L’hypersensible est donc bien plus réceptif aux stimuli visuels liés aux visages humains et aux émotions. Les personnes hypersensibles présentent aussi un seuil plus bas en réaction à de nombreux stimuli physiques, tels que les lumières intenses, les odeurs fortes ou les bruits forts.

Cela active chez elles les structures cérébrales relatives à la douleur.

Les personnes hypersensibles ont une façon de ressentir et de comprendre le monde qui passe par un système neurosensoriel plus pointu, plus fin.

Pour information, chez les psychopathes, les sociopathes, les neurones miroirs, le système limbique en général et l’insula en particulier n’est que peu actifs voire pas. D’où leur insensibilité à la douleur et aux émotions d’autrui.

Chez les personnes traumatisées, cette zone peut aussi devenir moins active. Un phénomène inconscient conduit le cerveau à endormir cette zone neuronale liée aux émotions et aux sensations afin de moins souffrir.

On peut tous avoir des moments d’hypersensibilité, mais la zone neuronale associée surexcitée reviendra à la normale. Chez un hypersensible de naissance, c’est permanent.

Comment accepter son hypersensibilité

L’hypersensibilité ne se soigne pas, elle se gère, elle s’accepte.

On ne fait pas disparaître une émotion, on la réharmonise. Vivre ses émotions est un passage inévitable et important. L’hypersensibilité est avant tout une histoire d’émotions, d’harmonisation. Chez l’hypersensible, le débordement émotionnel est fréquent. La douleur qui s’en suit a bien plus de mal à cicatriser que chez les non hypersensibles. Il faut donc apprendre à réharmoniser ses émotions (mais non s’en couper) afin de les vivre plus sereinement.

 

Des solutions pour gérer son hypersensibilité : la sophrologie

La sophrologie permet de se reconnecter au corps, d’apprendre à mieux se connaître et repérer les sensations physiques, les émotions, les pensées qui nous submergent et ainsi, de mieux les gérer.

Vous souhaitez comprendre votre hypersensibilité ? Apprendre à mieux Vivre avec ? Aider votre enfant à comprendre, gérer son émotivité ? N’hésitez pas à me contacter pour prendre un rendez-vous et en discuter.